Dr Schoonheere - Dr Loigerot

Dr Bonnac - Dr Hanquet

La mue du pigeon

On me demande souvent quels sont les compléments alimentaires intéressants à distribuer durant la mue.  Je vais donc tacher tant qu’il est encore temps de répondre à cette question.

 

Sans rentrer dans une liste de marque et comparer telle ou telle marque de compléments alimentaires (vous commencez à comprendre que ce n’est pas le genre ni le but de mes articles), je vais plutôt essayer de discuter et de vous informer du contenu de ces produits, des différents nutriments indispensables à une mue correcte, et donc qu’il sera nécessaire de complémenter dans le cas où notre mélange classique de graine ne contient  pas suffisamment voire pas du tout de ces nutriments. Grâce à cela, j’espère que vous serez alors vous même capable de lire, et de comparer la qualité des différents produits par vous même.

 

Le processus de mue, et donc par la même occasion de ce que l’on appellera la « grande mue » est un processus durant lequel les oiseaux, et donc les pigeons qui nous intéressent particulièrement, vont perdre leur anciennes plumes, considérées comme potentiellement abîmées et les remplacer par un plumage tout neuf.

 

C’est donc une période très délicate pour le pigeon qui va donc être soumis à ce moment à « rude épreuve », tant cette mue va lui demander de consacrer de l’énergie et va consommer une bonne partie de ses réserves en certains nutriments. Par le fait même, pour essayer d’aider le pigeon a traverser cette période de mue dans les meilleures conditions possibles, il sera important de veiller à ce que le pigeon reçoive dans son alimentation toute une série de nutriments qui l’aideront à mener cette mue à bien.

 

N’oublions pas de signaler que ces conseils sont également importants durant la période de mue de nos pigeonneaux hâtifs, ainsi, que dans une moindre mesure, tout au long de la période où le pigeon renouvellera ses rémiges.

 

Je ne vous ferais pas l’affront de vous expliquer ce qu’est et à quoi sert une plume ;), par contre il me paraît important de s’intéresser à la question : de quoi est composé une plume ?

 

Les plumes se composent de kératine (environ 91%), de graisse (1,3%), et d’eau (7,9%). La kératine est une protéine que l’on connaît bien car c’est également un des composant principal, de la peau, des cheveux et des ongles par exemple.

 

Etant une protéine, cette kératine est donc composée principalement d’acides aminés.  Ces acides aminés sont les « petites briques » qui se regroupent pour former ces protéines. Parmi ces acides aminés, certains peuvent être produit par le pigeon lui même (principalement à partir d’autres acides aminés), d’autres ne peuvent pas être synthétisés par le pigeons, ils doivent donc être absolument apportés par l’alimentation, on les appelle les acides aminés « essentiels ».

 

Si l’on résume tout ceci, on peut donc déduire que les composants du nouveau plumage seront soit « apporté par l’alimentation » soit fabriqué par le corps lui même. Et comme souvent, l’organe qui fabriquera ces acides aminés est le foie. Pour que la mue se passe dans les meilleures conditions, il faudra donc veiller à ce que l’on apporte aux pigeons les acides aminés « essentiels » à la formation des nouvelles plumes en quantité suffisante, ainsi que veiller à soutenir le foie dans sa mission.

 

Donc quels seraient idéalement les nutriments que vous devriez voir sur l’étiquette des produits avec lesquels vous complémenter vos pigeons.

 

1) La cystéine : Acide aminé essentiel, qui constitue environ 10% de la kératine. La cystéine est un des 2 acides aminés contenant un atome de souffre. Ces atomes de souffre sont très importants car ils vont permettre de former ce que l’on appelle des « ponts disulfures » qui vont participer à la liaisons des petits filaments des plumes entre eux, et donc maintenir une « solidité » dans la plume.

 

2) La méthionine : La méthionine est le 2ème acide aminé soufré, il joue donc également le même rôle que la cystéine dans la « solidification » des plumes. En outre, la méthionine joue un rôle important dans la synthèse de nombreuses protéines primordiales telles que la carnitine ou la mélatonine. La méthionine permet de dissoudre les graisses, et limite le dépôt de graisses dans le foie. La méthionine est également un acide aminé essentiel. En résumé, il a donc un double rôle, solidification des plumes, et soutient de la fonction hépatique.

 

3) La Vitamine B12 : Est une vitamine hydrosoluble, contenue par exemple dans la levure de bière. Elle possède de nombreux rôles, dont l’un en particulier de favoriser l’utilisation des acides aminés. Des études ont par exemple pu remarquer une nette diminution du taux sanguin d’acides aminés suite à l’administration de vitamine B12, ce qui montre que ceux ci ont été transféré dans les cellules.

 

4) L’arginine : Est un acide aminé. Elle est impliquée dans de nombreux processus métaboliques. L’arginine stimule la circulation sanguine, et fortifie le système immunitaire. Dans le cadre de la mue qui nous intéresse,  elle est précurseur du monoxyde d’azote, qui permet lui même d’augmenter l’irrigation sanguine des cellules de la peau qui fabriqueront la plume.

 

5) La choline : Est une vitamine rangée dans la catégorie du groupe B. Le pigeon peut la produire mais souvent en trop faible quantité. Un apport alimentaire est donc conseillé durant les périodes de forte sollicitation du foie, comme cela est le cas pendant la mue.  En effet, La choline permet une meilleure élimination des graisses et du cholestérol du foie, ainsi elle le soulage et le détoxifie.

 

6) D’autres nutriments, avec notamment de nombreuses vitamines du groupe B ont également un rôle important. Et enfin d’autres nutriments, comme la biotine ou d’autres molécules jouent un rôle extrêmement important durant la mue mais sont en général considérés comme suffisamment produites par le corps lui même.

 

Je ne peux à l’inverse pas écrire un article sur la mue, sans vous rappeler qu’en règle générale, on évite également « dans la mesure du possible » d’administrer des traitements médicamenteux durant cette période. Et si, par contre il s’avère obligatoire de réaliser un traitement, il est important de bien choisir les médicaments utilisés pour ne pas occasionner de souffrance du foie. Cela perturberait le déroulement normal de la mue, avec les cas les plus connus que tous les colombophiles appellent « les plumes marquées, ou mauvaises plumes », qui ne sont qu’un reflet du stress occasionné à l’intérieur du corps du pigeon.  C’est le meilleur moyen pour déjà mal entamer sa saison futur plusieurs mois avant le début des prochains concours.

 

Voilà, cet article peut-être un peu compliqué et moins « pratique » que les précédents me paraît néanmoins important. Pour que vous puissiez maintenant juger par vous même si les produits que vous administrez pendant la mue sont adéquats. Ou si à l’inverse vous leur administrez des compléments complètement inadéquats, complètement superflus, voire même contre-productifs.

 

Quoi qu’il arrive, et toujours sans citer de marques, vous aurez donc compris que je vous encourage vivement à distribuer de la levure de bière (très bonne source de vitamines du groupe B, ainsi qu’un complexe d’acides aminés essentiels, ou mieux un complexe d’acides aminés centrés spécifiquement sur les acides aminés souffrés c’est à dire la cystéine et la méthionine.  Quelque soit la marque. Vos pigeons pourront grâce à cela passer une mue la plus efficace, et la moins contraignante possible. Et éviter toutes les conséquences

 

Je conclurais par une phrase que je pense vous connaissez tous : une bonne mue est déjà un grand pas vers de bons résultats lors de la prochaine campagne, et l’inverse est qu'une mauvaise mue est malheureusement un pas encore plus grand vers une mauvaise saison suivante

 

 

Localisation

Suivez-nous