Dr Schoonheere - Dr Loigerot

Dr Bonnac - Dr Hanquet

 

 

 

 

 

La maladie du bec et des plumes

PBFD

(Psittacine Beak and Feather Disease)

 

Le PBFD est une maladie transmise par un circovirus. Elle affecte principalement les espèces australiennes mais tous les perroquets et perruches peuvent être contaminés.  Les signes cliniques et l’impact de cette maladie seront différents suivant l’espèce.

 

Les espèces les plus fréquemment touchées sont les espèces australiennes (cacatoès, éclectus, perruches ondulées, lorries et lorriquets, ainsi que les espèces africaines (Gris du Gabon et inséparables). Les perroquets d’Amérique du Sud sont plus rarement atteints.

 

Comment la maladie se transmet?

 

La transmission se fait surtout par voie horizontales : principalement par inhalation des particules virales contenues dans la poudre des plumes. Une contamination verticale, par les œufs, est également possible.

La durée d’incubation est en général de 2 à 4 semaines (dans certains cas plusieurs mois à plusieurs années).

Le virus va se multiplier dans différents organes : le thymus, la bourse de Fabricius, le jabot, l’œsophage, les intestins, la peau et les plumes.

 

Différentes formes cliniques pour différentes espèces

 

La forme aigue : elle atteint souvent l’oisillon qui va présenter des signes tels que de la dépression, de la faiblesse, des régurgitations. La mort survient rapidement sans que l’on ne puisse rien faire.

 

La forme chronique : elle se développe chez les oiseaux plus âgés (quelques mois à quelques années). Souvent on va d’abord observer un aspect brillant du bec, du à l’absence de production de poudre. Puis l’aspect des plumes va changer : retard dans la mue, présence de plumes dysplasiques, d’autres qui restent coincées dans leur manchon, changements de couleur, plumes hémorragiques ou « cassantes ».  Certaines espèces finissent complètement déplumés.

A des stades avancés, des lésions apparaissent au niveau du bec: allongement, fissures, fractures...Elles sont responsables de douleur. L’oiseau peut vivre plusieurs années avec ces signes cliniques mais la mort survient généralement suite à des infections secondaires car le virus provoque aussi une immunodépression.

 

La forme transitoire : dans certains cas on a pu observer une résolution des signes cliniques ainsi qu’une élimination du virus.

 

Toutes les espèces ne vont pas développer la même forme clinique.

Les cacatoès vont avoir tendance à développer la forme aigue et la forme chronique (surtout entre 6 mois et 3 ans). Chez eux la maladie est grave et conduit à la mort par infection secondaire.

Le Gris du Gabon va surtout développer une forme aigue conduisant à la mort des jeunes entre l’âge de 7 semaines et 9 mois.

Les inséparables, perruches, lorries et lorriquets sont fréquemment contaminés mais les signes cliniques sont plus discrets. Par conséquent, on les détecte moins fréquemment ce qui en fait de parfaits réservoirs de la maladie !

La forme transitoire est décrite chez eux.

Les espèces d’Amérique du Sud ont tendance à faire la forme transitoire. Chez eux on a souvent une résolution des signes cliniques.

 

Comment diagnostiquer la PBFD ?

 

Il existe maintenant un test PCR que l’on peut faire sur les plumes ou sur un échantillon de sang. Il est très sensible et spécifique et par conséquent très fiable !

Il serait donc dommage de s’en priver ! De ce fait, on ne pourra que conseiller de faire tester par son vétérinaire tout oiseau avant son acquisition, et même mieux de le tester 30 jours après l’avoir sorti du milieu d’achat. En effet, si l’oiseau vient juste d’être mis en contact avec le virus, celui ci n’a pas encore eu le temps d’incuber.

Comment interpréter un test ?

Si votre oiseau est positif au test et présente des signes cliniques, le pronostic sera réservé...

Néanmoins, certains oiseaux peuvent survivre à l’infection et avec un bon suivi il pourrait vivre plusieurs années. Chaque cas est différent, parlez-en avec votre vétérinaire.

Si votre oiseau est positif mais ne présente pas de signes cliniques soit il est au premier stade de la maladie soit il présente une forme transitoire et peut éliminer le virus. De ce fait on conseillera de le tester à nouveau au bout de 90j.

 

Attention si votre oiseau est testé positif, même s’il ne présente pas de signes clinique il est porteur du virus et peut le transmettre ! Il faut absolument l’isoler des autres oiseaux d’autant plus que le virus est très résistant dans le milieu extérieur.

 

Un traitement ?

 

A l’heure actuelle il n’existe ni traitement ni vaccin.

 

 

Localisation

Suivez-nous