Votre guide vétérinaire en ligne

La maladie du bec et des plumes PBFD

Transmission et incubation de la PBFD

Transmission horizontale et verticale

La transmission de la PBFD se fait principalement par voie horizontale, notamment par l’inhalation des particules virales contenues dans la poudre des plumes. Une contamination verticale, par les œufs, est également possible.

Les espèces les plus fréquemment touchées sont les espèces australiennes (cacatoès, éclectus, perruches ondulées, lorries et lorriquets,…) ainsi que les espèces africaines (Gris du Gabon et inséparables). Les perroquets d’Amérique du Sud sont plus rarement atteints.

Durée d’incubation

La durée d’incubation varie généralement de 2 à 4 semaines, mais dans certains cas, elle peut s’étendre sur plusieurs mois à plusieurs années.

Multiplication virale dans les organes

Le virus se multiplie dans différents organes tels que le thymus, la bourse de Fabricius, le jabot, l’œsophage, les intestins, la peau et les plumes.

Formes cliniques chez différentes espèces

Forme aiguë

Cette forme touche souvent les oisillons et se manifeste par des signes tels que la dépression, la faiblesse et les régurgitations. La mort survient rapidement sans intervention.

Forme chronique

Elle se développe chez les oiseaux plus âgés (quelques mois à quelques années). On va d’abord observer un bec d’aspect brillant, dû à l’absence de production de poudre. Puis l’apparence des plumes va changer : retard dans la mue, présence de plumes dysplasiques, d’autres qui restent coincées dans leur manchon, changements de couleur, plumes hémorragiques ou « cassantes ».  Certaines espèces finissent complètement déplumées.

A des stades avancés, des lésions apparaissent au niveau du bec: allongement, fissures, fractures…Elles sont responsables de douleur. L’oiseau peut vivre plusieurs années avec ces signes cliniques mais la mort survient généralement à la suite d’ infections secondaires car le virus provoque aussi une immunodépression.

Forme transitoire

Dans certains cas, une résolution des signes cliniques et une élimination du virus ont été observées.

Des spécificités d’espèce

Toutes les espèces ne vont pas développer la même forme clinique :

Les cacatoès vont avoir tendance à développer la forme aiguë et la forme chronique (surtout entre 6 mois et 3 ans). Chez eux la maladie est grave et conduit à la mort par infection secondaire.

Le Gris du Gabon va surtout développer une forme aiguë conduisant à la mort des jeunes entre l’âge de 7 semaines et 9 mois.

Les inséparables, perruches, lorries et lorriquets sont fréquemment contaminés mais les signes cliniques sont plus discrets. Par conséquent, on les détecte moins fréquemment ce qui en fait de parfaits réservoirs de la maladie ! La forme transitoire est décrite chez eux.

Les espèces d’Amérique du Sud ont tendance à présenter la forme transitoire. Chez eux, on a souvent une résolution des signes cliniques.

Diagnostics de la PBFD

Test PCR

Un test PCR peut être réalisé sur les plumes ou un échantillon de sang. Il est très sensible et spécifique, offrant ainsi une fiabilité élevée dans le diagnostic de la maladie.
Il est conseillé de faire tester par son vétérinaire tout oiseau avant son acquisition. Un test 30 jours après l’avoir sorti du milieu d’achat sera encore plus siginificatif. En effet, si l’oiseau vient juste d’être mis en contact avec le virus, celui-ci n’a pas encore eu le temps d’incuber.

Interprétation des résultats

Si un oiseau est testé positif et présente des signes cliniques, le pronostic est réservé. Cependant, certains oiseaux peuvent survivre à l’infection avec un bon suivi vétérinaire.

Si votre oiseau est positif au test et présente des signes cliniques, le pronostic sera réservé.

Néanmoins, certains oiseaux peuvent survivre à l’infection et avec un bon suivi il pourrait vivre plusieurs années. Chaque cas est différent, parlez-en avec votre vétérinaire.

Si votre oiseau est positif mais ne présente pas de signes cliniques soit il est au premier stade de la maladie soit il présente une forme transitoire et peut éliminer le virus. De ce fait on conseillera de le tester à nouveau au bout de 90j.

Précautions

Il est crucial d’isoler tout oiseau testé positif, même s’il ne présente pas de signes cliniques, car il peut transmettre le virus à d’autres. Le virus est également très résistant dans le milieu extérieur.

Traitement et prévention

Absence de traitement et de vaccin

À ce jour, il n’existe ni traitement ni vaccin contre la PBFD.

Rechercher

Articles similaires