Dr Schoonheere - Dr Loigerot

Dr Bonnac - Dr Hanquet

 

 

Avec cette année qui se termine, certains d’entres nous se préparent déjà pour ce que l’on appelle « l’élevage hivernal ».

Comme vous le savez, le but de l’élevage hivernal est de tenter d’élever des pigeonneaux le plus tôt possible dans l’année, et donc de pouvoir par le fait même baguer les jeunes  le plus rapidement possible une fois les bagues de la nouvelle année reçues. Cette pratique, surtout effectuée par les passionnées du jeu des pigeonneaux, pose néanmoins la question de : « Comment faire pour réussir le mieux possible son élevage durant une période de l’année où, naturellement, les pigeons sont plutôt « programmés » pour avoir pour seul objectif de lutter contre le froid ? »

 

J’ai donc décidé d’écrire une série de petits articles sur cet élevage hivernal contenant à chaque fois (au moins) un petit conseil, ou des informations concernant les techniques, l’alimentation, ou la complémentation conseillée durant cette période.

 

Accoupler des pigeons fin novembre est en quelque sorte « contre-nature ».  En effet,  la reprise de la période de reproduction naturelle se situant plutôt au printemps.

 

Quelles sont donc les techniques qui permettent aux colombophiles de pouvoir baguer leurs jeunes de l’année le 1er janvier ?

 

- Premièrement, (je ne vous apprendrais rien ici,)  le « découplage » des mâles et des femelles durant une période suffisamment longue pour réussir à stimuler leur libido lorsqu’ils seront à nouveau réunis, et ce, même si l’on se trouve hors de la période « naturelle » de reproduction.  Cette technique bien connue de nous tous a fait ses preuves depuis de nombreuses années.  Mais même si cette technique est très efficace, elle l’est surtout chez les couples déjà formés depuis une voire plusieurs années. Certains amateurs ont développés d’autres techniques pour essayer de maximiser leur chance de réussite de leur élevage. Mais le font-ils réellement correctement ?

 

- La plus connue consiste à augmenter la durée « du jour » de façon artificielle pour simuler des journées plus longues, et donc faire croire aux mécanismes internes du pigeon que l’on se trouve au printemps, en espérant stimuler une poussée de libido. Cette technique est utilisée par beaucoup de colombophiles partisans de l’élevage hivernal. Très bonne technique, car en « simulant le printemps », nous stimulons non seulement la libido des pigeons, mais également les capacités « de fertilité » des pigeons tant des mâles que des femelles (rappelez vous la différence de taille énorme des testicules d’un mâle en hiver par rapport au printemps, ou donc encore en période de reproduction par rapport  à la période de repos) Mais attention, et voici le point le plus important concernant cette technique, il est démontré que ce n’est pas une durée du jour plus longue qui stimule les hormones des pigeons voyageurs, mais bien l’accroissement « graduel » des durée de clarté.  Je m’explique ; Ce n’est le fait que les périodes de « clarté » soient plus longues qui provoque un effet bénéfique, mais bien l’allongement journalier de ces périodes. Cela a un impact très important sur la méthode d’éclairage artificielle à utiliser. En pratique donc, cela ne servira à rien de se mettre du jour au lendemain à laisser les lumières du pigeonnier allumées de 7h du matin à 20h.  Ceci n’aura donc aucun effet, et donc aucun intérêt. Mais par contre, si on veut utiliser cette technique, il faudra préalablement à l’accouplement (c’est à dire en ce mois de novembre pour ceux qui voudront déjà accoupler fin novembre), se mettre chaque jour à rallonger de manière artificielle  les journées de quelques minutes, et donc simuler ce que la nature fait  toute seule lors du printemps. C’est en faisant ceci, et uniquement ceci que vous améliorerez les capacités reproductrices des pigeons, et donc votre élevage durant la saison hivernale.

 

- La 2ème technique parfois utilisée est de chauffer légèrement le pigeonnier dans le but d’améliorer son élevage hivernal.  Dans ce cas-ci, le but est différent, il n’est pas de stimuler la fécondité ou la libido des pigeons mais plutôt, en cas de grands froids, d’éviter que des œufs ou des jeunes ne se refroidissent durant les courtes périodes où ils ne sont pas couvés, ainsi que de combattre l’humidité du pigeonnier qui n’est jamais un allié (et ce d’ailleurs peut importe la saison).

 

 

 

Elevage hivernal

Localisation

Suivez-nous